Mobile-first indexing, MFI – Google Search Console

SEO et e-commerce

Vous avez reçu un nouveau message de Google sur la Search Console du type :

Mobile-first indexing enabled for https:// …   L’indexation sur mobile signifie que Googlebot utilisera désormais la version mobile de votre site pour l’indexation et le classement afin de mieux aider les utilisateurs (principalement mobiles) à trouver ce qu’ils recherchent. Les systèmes d’exploration, d’indexation et de classement de Google ont historiquement utilisé la version de bureau du contenu de votre site, ce qui peut poser des problèmes aux chercheurs mobiles lorsque la version de bureau diffère de la version mobile.

Mobile-First indexing ou MFI

Donc maintenant, Google va utiliser le contenu de votre site version mobile pour le classement de vos pages dans les résultats de recherche, c’est un changement important, vérifier bien que votre site mobile est parfaitement opérationnel et accessibles aux robots.

Plus d’informations sur le Mobile-first indexing

 

Règlement européen – Protection des données

RGPD

E-commerce – Prestashop

25 Mai 2018

 

GPDR : General Data Protection Regulation

RGPD (Réglementation générale sur la protection des données

Cette nouvelle législation constitue un cadre unique pour la protection des données personnelles des ressortissants européens, tant sur le territoire de l’Union Européenne, qu’en dehors.

Cette législation concerne toute l’entreprise et ses sous traitants.L’essentiel des points à traiter :

RGPD

 

Pour vous aidez, vous avez le Guide de la sécurité des données personnels de la CNIL.

Les principes et droits des utilisateurs 

Les droits de l’utilisateur/du client (mentionné en tant que « sujet de données » dans la réglementation) ,qui, je pense, relèvent du développeur sont :

  •     le droit à l’effacement (le droit d’être oublié/supprimé du système) ;
  •     le droit à la restriction du traitement (vous gardez toujours les données, mais les marquez comme « limitées » et ne les touchez pas sans un consentement supplémentaire de l’utilisateur) ;
  •     le droit à la portabilité des données (la possibilité de les exporter dans un format lisible informatiquement) ;
  •     le droit à la rectification (la possibilité d’avoir ses données personnelles corrigées) ;
  •     le droit d’être informé (avoir des informations humainement lisibles, plutôt que de longues conditions) ;
  •     le droit d’accès (l’utilisateur devrait pouvoir voir toutes les données que vous avez sur lui).
  •     la minimisation des données (ne pas collecter plus de données que nécessaire) ;
  •     l’intégrité et la confidentialité (toutes les mesures de sécurité que vous pouvez imaginer pour protéger les données et des mesures pour garantir que les  données ne seront pas modifiées de manière inappropriée).

 

Les fonctionnalités à implémenter

Oubliez-moi

Pour la fonctionnalité « Oubliez-moi », vous devez avoir une procédure qui prend en paramètre un identifiant utilisateur et efface toutes ses données personnelles

Notification des suppressions aux tiers

Supprimer les données de votre système c’est une chose, mais vous êtes aussi obligé d’informer tous les tiers à qui vous avez poussé les données. (fournisseurs, transporteurs, banque, solution externe newsletter …)

Restreindre le traitement

Plus d’accès aux données restreintes, ces données ne doivent plus être visibles par l’équipe du backoffice

Export des données, voir toutes mes données

L’utilisateur doit pouvoir consulter l’ensemble des données conservées, celle concernées par la fonctionnalité « Oubliez-moi ».

Permettre aux utilisateurs d’éditer leur profil

Cela semble une règle évidente, mais elle n’est pas toujours suivie. Les utilisateurs doivent pouvoir modifier toutes les données les concernant, incluant les données que vous avez collectées depuis d’autres sources.

Consentement par cases à cocher

« J’accepte les termes et conditions » ne sera plus suffisant pour prétendre que l’utilisateur a donné son consentement au traitement de ses données. Donc, pour chaque activité particulière de traitement, il devrait y avoir une case à cocher séparée sur l’écran d’enregistrement (ou le profil utilisateur). Vous devrez garder ces cases à cocher dans des colonnes séparées de la base de données, et laisser l’utilisateur retirer son consentement (en décochant ces cases depuis son profil, voir le point précédent). Notez que ces cases à cocher ne devront pas être présélectionnées, ceci ne comptant pas comme un « consentement ». 

Notez ici le traitement appelé « intérêt légitime ». C’est à l’équipe juridique de décider ce qui est d’un intérêt légitime, mais le marketing direct est inclus dans cette catégorie, comme tout traitement de bon sens relatif à l’activité commerciale. Si par exemple vous collectez des adresses d’expédition, c’est évidemment légitime. Toutes les activités de traitement ne nécessitent pas de cases à cocher de consentement.

Redemande de consentement

Si le consentement qu’ont donné les utilisateurs n’était pas clair (exemple : simple accord aux termes et conditions), vous devrez le réobtenir. Préférez donc une fonctionnalité de mass-mailing pour demander aux utilisateurs d’aller dans leur page de profil et vérifier toutes les cases à cocher pour les traitements sur leurs données personnelles.

Contrôle de l’âge

Vous devrez demander l’âge des utilisateurs, et si l’utilisateur est un enfant (moins de seize ans), vous devrez demander la permission des parents.

Ne pas garder les données plus que nécessaire

Si vous avez collecté les données pour un usage spécifique (ex. livrer un produit), vous devez les supprimer/les anonymiser aussitôt que possible. Beaucoup de sites d’e-commerce offrent une option « acheter sans inscription », dans quel cas, le consentement n’est valable que pour la commande particulière. Vous devrez donc avoir une tâche programmée pour anonymiser périodiquement les données (supprimer les noms et adresses), mais seulement après la réunion de certaines conditions, exemple : confirmation de livraison du produit. Vous pouvez avoir un champ dans la base pour stocker la date limite à partir de laquelle les données devront être supprimées, et cette date limite peut être étendue en cas de problème de livraison.

Les cookies

Demander l’approbation de l’utilisateur

Chiffrement des données en transit

Certificat SSL, protocole TLS

Chiffrer les données au repos

La clé privée peut être stockée dans votre infrastructure, ou dans un service cloud comme AWS KMS.

Chiffrer vos sauvegarde

Avoir votre registre RGPD des activités de traitement

Loguer les accès aux données personnelles

Répertorier toutes les API clients

Vous ne devriez pas autoriser les API anonymes à accéder aux données personnelles. Je dirai que vous devez demander le nom de l’entreprise et le nom du contact pour chaque utilisateur de l’API lors de l’inscription, et les ajouter au registre de traitement des données.

Les choses à ne pas faire

N’utilisez pas les données pour d’autres buts que ceux acceptés par l’utilisateur

Si vous voulez exposer une nouvelle API à un nouveau type de clients, ou voulez utiliser les données pour de l’apprentissage automatique, ou décidez d’ajouter des publicités à votre site basé sur le comportement des utilisateurs, ou encore vendre votre base de données à un tiers, réfléchissez à deux fois. 

Donc, lors de l’ajout d’une nouvelle activité de traitement (et l’ajout à votre registre), envoi d’un mail en masse à tous les utilisateurs desquels vous souhaiteriez le consentement. Notez ici que cette autorisation peut être ajoutée dynamiquement.

Ne pas loguer les données personnelles

Loguez donc juste les identifiants si nécessaire, et assurez-vous que les anciens fichiers de log sont nettoyés, juste au cas où.

Ne mettez pas de champs sur l’enregistrement/le formulaire de profil dont vous n’avez pas besoin

Ne supposez pas que les tiers sont conformes

Vous êtes responsable s’il y a une fuite de données chez un tiers (c’est-à-dire le tiers effectuant le traitement) à qui vous avez envoyé des données personnelles. Donc avant d’envoyer des données à un autre service via une API, assurez-vous d’au moins un niveau de protection basique.

Ne supposez pas que d’avoir une norme ISO vous rend conforme

Les informations standards de sécurité et même les standards de données personnelles sont un bon point de départ et représenteront probablement 70 % des éléments requis par la réglementation, mais ne sont pas suffisants.

Type de document à envoyer aux tiers ayants accès aux données personnels que vous gérez. (Sociétés de paiement, sociétés de transport, Google analytics, gestionnaire de flux, …)

 

Modèle d’engagement de confidentialité pour les utilisateurs de données personnelles

Je soussigné/e Monsieur/Madame , exerçant les fonctions de au sein de la société (ci-après dénommée « la Société »), étant à ce titre amené/e à accéder à des données à caractère personnel, déclare reconnaître la confidentialité desdites données.

Je m’engage par conséquent, conformément aux articles 34 et 35 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés ainsi qu’aux articles 32 à 35 du règlement général sur la protection des données du 27 avril 2016, à prendre toutes précautions conformes aux usages et à l’état de l’art dans le cadre de mes attributions afin de protéger la confidentialité des informations aux- quelles j’ai accès, et en particulier d’empêcher qu’elles ne soient communiquées à des personnes non expressément autorisées à recevoir ces informations.

Je m’engage en particulier à :

    ne pas utiliser les données auxquelles je peux accéder à des fins autres que celles prévues par mes attributions ;
    ne divulguer ces données qu’aux personnes dûment autorisées, en raison de leurs fonctions, à en recevoir communication, qu’il s’agisse de personnes privées, publiques, physiques ou morales ;
    ne faire aucune copie de ces données sauf à ce que cela soit nécessaire à l’exécution de mes fonctions ;
    prendre toutes les mesures conformes aux usages et à l’état de l’art dans le cadre de mes attributions afin d’éviter l’utilisation détournée ou frauduleuse de ces données ;
    prendre toutes précautions conformes aux usages et à l’état de l’art pour préserver la sécurité physique et logique de ces données ;
    m’assurer, dans la limite de mes attributions, que seuls des moyens de communication sécurisés seront utilisés pour transférer ces don- nées ;
    en cas de cessation de mes fonctions, restituer intégralement les données, fichiers informatiques et tout support d’information relatif à ces données.

Cet engagement de confidentialité, en vigueur pendant toute la durée de mes fonctions, demeurera effectif, sans limitation de durée après la cessation de mes fonctions, quelle qu’en soit la cause, dès lors que cet engagement concerne l’utilisation et la communication de données à caractère personnel.

J’ai été informé que toute violation du présent engagement m’expose à des sanctions disciplinaires et pénales conformément à la régle- mentation en vigueur, notamment au regard des articles 226-16 à 226-24 du code pénal.

Fait à xxx, le xxx, en xxx exemplaires

Nom : Signature :

Les régulateurs (les autorités de protection de données, comme la CNIL en France) auront très probablement des listes de contrôle auxquelles vous devrez d’une manière ou d’une autre répondre, mais si vous suivez les meilleures pratiques, cela ne devrait pas être un problème.

GPDR ne concerne pas uniquement les aspects techniques évoqués, il a des implications de traitements et d’organisation.

 

Et Prestashop ?

Des modules pour vous aidez …

Module officiel Prestashop sorti au 09/05/2018 :
Accès à la fiche du module officiel RGPD Prestashop
Payant en version 1.6 et gratuit en version 1.7.

Ce module inclut différentes fonctionnalités pour vous aider à respecter la Loi sur la protection des données à caractère personnel (GDPR). L’acceptation des conditions de confidentialité dans le formulaire d’abonnement à la newsletter, dans le formulaire de contact du magasin, dans le formulaire d’inscription, et permet également au client qui peut effacer le compte qu’il a à la boutique, mais seulement si aucune facture n’a été émise ou qu’il y a une commande en cours qui ne peut plus être annulée. Fonctionne aussi bien pour les inscriptions en 5 étapes que pour les paiements en une seule étape ou les commandes en mode invité. L’acceptation des conditions de gestion des données personnelles est aussi demandée avant d’envoyer le mail depuis la fiche produit, quand un produit est épuisé (fonctionnalité active quand le module Mail Alert est installé).

Il vous permettra d’être conforme au règlement en respectant les exigences suivantes :

  •     Droit d’accès des utilisateurs à leurs données à caractère personnel depuis leur compte client
  •     Droit des utilisateurs d’obtenir la portabilité de leurs données (copie de leurs données exportable en fichier CSV et PDF)
  •     Droit pour les utilisateurs d’obtenir une modification et/ou un effacement des données à caractères personnel, soumis à validation du marchand
  •     Droit des utilisateurs de donner et retirer leur consentement
  •     Obligation des e-commerçants de tenir un registre des activités de traitement (notamment pour l’accès, le consentement et l’effacement des données à caractère personnel).

Module Demande de renseignements à partir de la page produit

Module Directive Européenne des Cookies (Avis + Bloqueur) RGPD

Module Bloc confidentialité des données clients (gratuit)

Loi anti fraude TVA – Obligations au 01/01/2018

Loi anti-fraude Prestashop

E-commerce – Prestashop

Lutte contre la fraude à la TVA

Assujettis à la TVA, vos obligations :

Que dit la loi ?

Obligation, à partir du 1er janvier 2018 pour les commerçants et autres professionnels assujettis à la TVA d’enregistrer les paiements de leurs clients au moyen d’un logiciel de comptabilité ou d’un système de caisse certifié.

Non concernés par cette loi :

  • Sociétés en franchise de taxe dans la limite des plafonds,
  • Gestion des factures avec un logiciel externe certifié type ERP,
  • E-commerce exclusivement BtoB.

Comment répondre à cette obligation avec Prestashop ?

Un module est en cours de développement, il sera gratuit et disponible quand il sera certifié par les organismes de certification. Prestashop a entamé une démarche de certification et doit bénéficier d’une tolérance jusqu’au 31 décembre 2018.

Prestashop 1.6 et 1.7

Un module est en cours de certification, examen préalable en Juin 2018.

 

Plus d’information sur le module REM88

TOUTES LES INFORMATIONS

 

Visibilité de votre boutique Prestashop dans Google

Prestashop et Google

 

Selon la version de Prestashop, le thème installé, les modules installés, l’historique de votre domaine dans Google, les liens externes et internes, la popularité des pages, le nombre de langues, la vitesse de chargement, la sécurité, l’adaptation graphique  etc … les actions d’optimisations du référencement naturel de votre site vont être différentes.
 
Si vous avez peu de visites via le canal « référencement naturel SEO » dans Google ou des visites mais peu de commandes, c’est qu’il faut analyser et revoir des éléments de votre boutique en ligne (bien au dela des balises metas !).
 
Appliquer à l’aveugle des recettes SEO sans définir, analyser, suivre et contrôler sont référencement, c’est la garantie d’un résultat aléatoire et non pérenne.
 
Il existe de nombreux guides sur le sujet, cela reste des guides génériques avec des techniques qu’il faut appliquer ou pas selon l’analyse SEO de votre boutique. Chaque boutique est unique et nécessite des actions SEO spécifiques pour se démarquer et gagner en visibilité sur Google.
 
Dans tous les cas, le référencement nécessite un contrôle et un suivi pour définir des futurs optimisations de votre site marchand. Google change régulièrement ses algorithmes et la concurrence évolue sans cesse.

 

Voir quelques avis de nos clients

Assistance SEO / Demande de devis / contact

Comment mettre à jour Prestashop ?

Mettre à jour Prestashop

Mettre à jour Prestashop :

Chaque version de Prestashop apporte son lot d’améliorations mais aussi d’adaptations (thème, modules …). Une mise à jour majeure de Prestashop est un vrai projet qui ne doit pas être pris à la légère. Nous vous conseillons vivement de faire appel à un professionnel pour préparer et réaliser cette migration. Certaines mises à jour nécessitent l’abandon de certains modules qui ne sont plus compatibles, l’achat de nouveaux modules en remplacement, l’adaptation de votre thème ou l’acquisition d’un nouveau thème. N’oubliez pas la phase de test avant réouverture de votre boutique et les modifications nécessaires SEO On- Site et Off-Site.

  • Mise à jour Prestashop 1.3 vers 1.6
  • Mise à jour  Prestashop 1.4 vers 1.6
  • Mise à jour Prestashop 1.5 vers 1.6
  • Mise à jour Prestashop 1.5 vers 1.7
  • Mise à jour Prestashop 1.6 vers 1.7
  • Mise à jour Prestashop 1.x vers 1.x


Changement du thème graphique

Si vous devez changer de thème graphique pour des raisons de compatibilité avec la nouvelle version de Prestashop, sachez que le nouveau thème nécessitera certainement de la personnalisation et des tests de compatibilité avec vos modules. En cas de problème, vous risquez de bloquer votre site un certain temps, aussi il est préférable de tester la migration et le nouveau thème sur un site de test (pré-production) avant d’effectuer la migration de votre site en production. Testez sur différents navigateur (firefox, explorer, chrome, safari …) sur différents types de matériel (smartphones, tablettes, postes fixes …), différents systèmes (Android, IOS, …).


Modules et fonctionnalités

Dans tous les cas, vous devez vérifier si vos modules actifs seront compatibles avec la nouvelle version de Prestashop, si certains modules ne sont pas compatibles, ils devront être mis à jour ou supprimés ou encore remplacés par d’autres. Si votre version de Prestashop actuelle a été modifiée pour certaines fonctionnalités, assurez-vous que ces fonctionnalités sont intégrées dans la nouvelle version.


Les images

Attention aux images, elles sont stockés dans des répertoires de votre boutique (/img/…) et la structures de ses répertoires a complètement changé depuis la version 1.5. La forme de vos images de base (rectangulaires, carrées) peut être un critère de choix pour un nouveau thème..


Référencement naturel SEO – Référencement payant SEA

Attention au référencement naturel. Les pages de votre site ont chacune atteint un « niveau de popularité SEO », une mise à jour Prestashop entraine des bouleversements du référencement naturel (changement de structure du site (menu, colonnes, code source …), changement de thème …), afin de limiter ces bouleversements, il est primordial de conserver les mêmes urls (catégories, produits, cms …)  et si ce n’est pas le cas de rediriger les anciennes urls vers les nouvelles en mode permanent (301).

Pour le référencement payant (Google adwords …), vérifiez le bon fonctionnement des urls de vos « landing pages ».


Base de données

Si vous faites un site et une base de test (avec Prestashop nouvelle version) pour le nouveau thème, des nouveaux modules …, vous aurez à appliquer les modifications testées et validées après la migration de votre site et base de production. Ceci permet de limiter au minimum le temps de mise en maintenance de votre boutique. Pour le site de test, faites le sur le même hébergement, vous serez ainsi dans le même environnement que le site de production.


Préparez, testez et migrez

La complexité d’une mise à jour Prestashop varie en fonction de multiples critères techniques (de quelle version à quelle version, taille base de données, modules actifs, thème graphique …) et des objectifs que vous souhaitez atteindre avec la nouvelle version de Prestashop (nouveau thème, personnalisation graphique, nouveaux modules, référencement …).

 


 

Probizz vous propose une migration en douceur :

 

  • de changer de version de Prestashop,
  • de changer le thème graphique par un thème compatible mobile (responsive),
  • de tester sans stress l’ensemble des fonctionnalités dont vous avez besoin sur la nouvelle boutique,
  • d’avoir un minimum d’arrêt de production (24h maxi),
  • de conserver le niveau de référencement naturel du site,
  • de conserver un accès à votre ancienne boutique

 

Demander un devis

Règles de TVA, e-commerce international

e-commerce international TVA

E-commerce – Vente à l’international

Règles de TVA

Vente de produits* aux particuliers :

(*uniquement pour les produits non soumis aux accices)

 

Si vous développez votre boutique à l’international, il faut appliquer les bonnes règles de TVA sur la facture, et savoir à quelle administration fiscale vous devez la verser. Les règles de TVA  pour la livraison de biens neufs ou usagés jusqu’au client particulier.

 

Livraison Hors Union européenne :

 

Sont considérés comme des territoires d’exportation :

 

  • Les pays tiers à l’Union européenne;
  • Les territoires d’outre-mer, les collectivités territoriales de Mayotte, de Nouvelle-Calédonie et de Saint Pierre et Miquelon, Andorre ;
  • Certains territoires des États membres exclus du champ d’application du régime de la TVA intracommunautaire : l’île d’Helgoland et le territoire de Büsingen pour l’Allemagne; Ceuta, Melilla, les îles Canaries pour l’Espagne; les îles Aland pour la Finlande; le mont Athos pour la Grèce; Livigno, Campione d’Italia et les eaux nationales du lac de Lugano pour l’Italie; les îles anglo-normandes;
  • Remarque : les quatre départements d’outre-mer (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion) sont considérés comme des territoires d’exportation par rapport à la France métropolitaine.

Les marchandises transportées ou expédiées hors du territoire français et à destination de pays tiers à l’Union européenne sont exonérées de TVA. En conséquence, les factures relatives à ces opérations doivent être établies hors taxes.

L’entreprise doit être en mesure de produire une déclaration d’exportation visée par les douanes, à savoir le document administratif unique (ou DAU).
L’entreprise doit tenir une comptabilité spéciale faisant apparaître certaines informations relatives à l’exportation (définies à l’article 74 de l’annexe III au CGI)

 


 

Livraison dans un pays de l’Union européenne :

Pour rappel, outre la France, sont membres de l’Union européenne : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, Chypre, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni (y compris l’île de Man), la Slovaquie, la Slovénie et la Suède.

 

Vérifiez en temps réel votre CA HT dans la monnaie de chaque état membre par rapport aux seuils de chaque pays

 

C’est le lieu de livraison qui compte et non pas l’adresse de facturation.

Dès le premier euro de dépassement du seuil, vous devez appliquer la TVA du pays destinataire donc être inscription auprès de l’administration fiscale du pays membre concerné. Il est conseillé d’anticiper de 2 mois minimum la démarche d’enregistrement.

 

En dessous du seuil, 2 règles possibles dès le premier euro :

 

Règle 1 : (règle généralement appliquée)

Vous facturez au taux de TVA applicable en France, même si vous livrez dans un autre état membre dans la limite du seuil de cet état.

 

Règle 2 :

Vous appliquez la TVA du pays destinataire (attention de bien appliquer les règles spécifiques de chaque pays produits, taux réduit, taux standard, rythme des déclarations, langue de la déclaration, déclaration d’échange de bien (France + pays destinataire) …)

Nécessite l’inscription auprès de l’administration fiscale du pays concerné avant d’appliquer ce taux de TVA et il sera tenu de respecter les obligations de déclaration et de versement fixés par le pays en question. Il est conseillé d’anticiper de 2 mois minimum la démarche d’enregistrement.

 

Evolution possible 2017 … : 

Commerce électronique: l’Europe propose de nouvelles règles de TVA

 


 

Vidéos d’information – Cabinet spécialisé en taxes internationales

Mettre une vidéo dans une fiche produit Prestashop

Vidéos Youtube

Comment insérer des vidéos dans les fiches produits Prestashop ?

Les vidéos dans les fiches produits sont un plus pour la vente d’un produit, inutile d’acheter un module pour cela !


Guide pour insérer une vidéo Youtube dans le résumé ou la description de votre fiche produit

1- Dans le backoffice Prestashop : selon votre version de Prestashop, vérifiez si vous pouvez aller dans le menu « Préférences » « Générales » et mettre OUI pour Autoriser les iframes sur les champs html,

2- Sur le site Youtube : choisissez la vidéo Youtube, en dessous de la vidéo, cliquez sur « Partager » puis en dessous sur « Intégrer« , vous pouvez copier le code tel quel ou cliquez sur « Plus » pour modifier des paramètres (taille vidéo, suggestions, commandes, titre …) puis ensuite copier le code,

3- Dans le backoffice Prestashop : choisissez la fiche produit à modifier, dans le résumé ou la description, positionnez votre curseur à l’endroit ou vous souhaitez intégrer la vidéo,  puis cliquez sur « Insérer/éditer une vidéo »  :

puis cliquez sur « Insérer »  :

puis collez le code que vous avez copié sur le site Youtube et cliquez sur « Ok »  :

Vous pouvez maintenant enregistrer votre fiche produit et voir le résultat.

Améliorer le taux de transformation

améliorer le taux de transformation

Comment améliorer le taux de transformation de votre boutique ?

Pour un vendeur en ligne, l’amélioration du taux de transformation est capital. Outre la veille sur les prix, les produits, il est nécessaire d’optimiser certains points qui doivent améliorer le taux de transformation.


Analysez le profil de vos visiteurs avec Google analytic

Plus vous aurez des visiteurs qualifiés (acheteur potentiel), meilleur sera le taux de transformation, analysez avec Google analytics le profil de vos visiteurs,  les pages de destinations et leur comportement, si vous avez trop de rebond sur certaines pages, c’est qu’il y a un problème (produit hors stock, lenteur d’affichage, mot clé parasite, mauvaise langue…).


Analysez l’entonnoir de conversion avec Google analytic

Ceci vous permettra d’identifier les points de blocage, les freins à la conversion (problème technique, lenteur, design non adapté, manque d’informations …).


Optimisez les performances d’affichages (testez par exemple avec Googlepagespeed)

Choisir un hébergement adapté au trafic et nombre de produits,
Si possible, mettre en place un CDN,
Supprimez les modules inutiles,
Privilégiez un thème léger,
Activez et Optimisez le cache en vérifiant le bon fonctionnement su site,
Optimisez le poids des images et des vidéos.


Optimisez le tunnel d’achat

Proposez de commander sans création de compte,
Clarifiez au maximum le tunnel d’achat,
Demandez le minimum d’information au client.


Optimisez les boutons « action »

Des textes précis et très lisible, « Ajouter au panier », « Commander » …,
Un bouton bien visible au dessus de la ligne de flotaison, quelque soit le média,
Un bouton de couleur (orange, vert …) qui doit ressortir du contenu de votre page.


Affichez clairement les éléments de réassurance

Donnez un sentiment de sécurité à vos visiteurs, rassurez-les (sécurité, paiement, livraison …),
Votre site doit avoir une apparence professionnelle,
Soyez précis sur la société, humanisez le contact (photos, livechat …),
Créez une Foire Aux Questions (FAQ),
Développez et affichez les avis clients (produits, site …).


Mettre en avant les offres commerciales, bons plans

Promotions commerciales, ventes flash …
Gratuité des frais de port
Coupons.


Optimisez votre fiche produit

Informations principales en haut de la fiche,
Description claire et structurée,
Affichez les réassurances et avis clients,
Images de qualité.


Relancez les paniers abandonnés

Par mail avec un timing bien défini.

Aspect légal e-commerce

E-commerçants, vérifiez l’aspect légal de votre boutique !

Aspect légal e-commerceCette article n’a pas pour objectif de définir une règle universelle pour l’aspect légal d’un site e-commerce.

Les obligations légales d’un site e-commerce varient en fonction de la cible client, des produits ou services vendus ou loués et de bien d’autres critères. Nous n’abordons pas ici la vente aux professionnels, ni à l’international.

Quelques points importants si vous vendez des biens aux particuliers en France. (aspect juridique, législation spécifique au commerce en ligne ou vente à distance, code civil, loi Hamon …)


Informez le consommateur avant son inscription :

  • Informez-le sur les moyens de paiement,
  • Informez-le sur les délais et tarifs de livraison (pas seulement expédition),
  • Informez-le sur le possibilité de se rétracter,
  • Précisez la date et la version de vos conditions générales de vente,

Modifiez le bouton de commande :

  • A la dernière étapes de commandes, changez le texte du bouton par « Commande avec obligation de paiement ».

Rétractation et formulaire :

  • Faites un lien vers le formulaire type de rétractation (1) ou mettez-le en bas de vos conditions générales de vente,
  • Précisez le mode de notification de la rétractation et le délai de 14 jours suivant la livraison,
  • Précisez clairement qui prend en charge les frais de retour (précisez les frais pour les articles de plus de 30 kg ou volumineux nécessitant des transporteurs spéciaux)
  • Précisez que vous remboursez tous les paiements reçus, y compris les frais de livraison (frais les moins couteux) . dans les 14 jours suivant la décision de rétractation, (2)
  • Utilisez le même moyen de paiement que le consommateur a utilisé pour le rembourser, (sauf accord avec lui)

(1) Il n’y a aucune obligation d’utiliser le formulaire pour se rétracter, toute rétractation doit faire l’objet d’un accusé de réception de la part du e-commerçant. (2) Vous pouvez aussi indiquer « Nous pouvons différer le remboursement jusqu’à ce que nous ayons reçu la marchandise ou jusqu’à ce que vous ayez fourni une preuve d’expédition, la date retenue étant celle du premier de ces faits. »


Livraison :

  • Indiquez vos tarifs de livraison, les destinations, les restrictions pour certains produits,
  • Précisez les responsabilités, sachant que les risques liés au transport sont portés par le e-commerçant,
  • Si vous proposez plusieurs modes de transport, dans le processus de commande, le transporteur le moins cher doit être par défaut.

Dans le panier, un outil de simulation du montant des frais de livraison en fonction de la destination permet de remplir parfaitement l’obligation légale d’information et offre une expérience d’achat agréable au consommateur. Un transfert de risque lié au transport est possible en B2B.


Options :

  • les options ou compléments de commande (extension de garantie, garantie transport etc …) ne doivent pas être pré-cochées.

Garanties, SAV, … :

  • Soyez précis dans la durée et la couverture de la garantie de vos produits,
  • Précisez le processus SAV (articles défectueux, réparation/échange sous garantie …),
  • Précisez la procédure et qui gère le recyclage des produits au titre du paiement de l’éco-participation,

Les cookies :

  • Informer les internautes de la finalité des cookies,
  • Obtenir leur consentement,
  • Fournir aux internautes un moyen de les refuser.

Nous vous conseillons d’installer un module et d’inclure un article sur les cookies dans vos CGV.


Structurez vos C.G.V :

Il est important que vos conditions générales de vente soient lisibles et bien structurées si possible avec un index pour accéder directement aux articles, vous pouvez pour cela utiliser un module Prestashop de ce type :

Module CGV expert


Confirmation de commande :

  • Le client doit recevoir un accusé de réception de commande avec le récapitulatif de commande, le montant payé, le mode de livraison choisi …, les conditions générales de ventes (avec date et/ou version) avec le formulaire de rétractation.

Sauvegarde et traçabilité :

  • Conservez les commandes de plus de 120 € (avoirs et tout document lié au contrat de vente) pendant 10 ans,
  • Conservez les commandes d’export avec les documents de douanes,
  • Sauvegarder les différentes versions de vos conditions générales de vente,
  • Informez vos clients de la possibilité d’accéder aux données archivées dans les CGV.

Les mentions légales : lien « Mentions légales » accessible depuis toutes les pages du site.

  • pour un entrepreneur individuel : nom, prénom, domicile
  • pour une société : raison sociale, forme juridique, adresse de l’établissement ou du siège social (et non pas une simple boîte postale),
  • montant du capital social
  • adresse de courrier électronique et numéro de téléphone
  • pour une activité commerciale : numéro d’inscription au registre du commerce et des sociétés (RCS)
  • pour une activité artisanale : numéro d’immatriculation au répertoire des métiers (RM)
  • en cas d’activité commerciale : numéro individuel d’identification fiscale numéro de TVA intracommunautaire
  • pour une profession réglementée : référence aux règles professionnelles applicables et au titre professionnel
  • nom et adresse de l’autorité ayant délivré l’autorisation d’exercer quand celle-ci est nécessaire
  • nom du responsable de la publication
  • coordonnées de l’hébergeur du site : nom, dénomination ou raison sociale, adresse et numéro de téléphone
  • pour un site marchand, conditions générales de vente (CGV) : prix (exprimé en euros et TTC), frais et date de livraison, modalité de paiement, service après-vente, droit de rétractation, durée de l’offre, coût de la technique de communication à distance
  • numéro de déclaration simplifiée CNIL, dans le cas de collecte de données sur les clients (non obligatoire, mais recommandé).

Le manquement à l’une de ces obligations peut être sanctionné jusqu’à un an d’emprisonnement, 75 000 € d’amende pour les personnes physiques et 375 000 € pour les personnes morales.

Dans le cas d’un site non commercial ou d’un blog d’un particulier, les mentions légales doivent indiquer les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone du créateur du site et de l’hébergeur.

Informations complémentaires de la direction de l’information légale et administrative (Ministère de l’économie) sur les obligations légales de la vente à distance (VPC).


Êtes-vous propriétaire de votre site e-commerce ?

Propriétaire site e-commerce

Pouvez-vous changer de prestataire du jour au lendemain ?

Pouvez-vous céder votre site e-commerce ?

Avez-vous tous les droits ?

 

 Voici quelques éléments pour vous guider.

Votre marque : l’identité de votre société ou activité

Protégez votre marque à l’INPI (texte, logo …), définissez les classes de protection liées à votre activité (produits et services) et la liste des pays concernés.

Vérifiez si elle est bien protégée dans la base des marques
Tapez le nom de votre marque en sélectionnant toutes les classes.

Le nom de domaine : l’identité de votre site sur le web

Le nom de votre domaine est très important, il est le lien avec votre site web (contenu hébergé), il représente votre marque ou une activité de votre société.
il représente la popularité de votre site sur internet (référencement).

Vérifiez si vous êtes propriétaire de votre nom de domaine :
Dans la rubrique Whois, vous devez voir votre nom ou le nom de votre société en tant que registrant, si le contact est « Anonymous », demandez à votre prestataire ou au registrar du nom de domaine.

Propriété intellectuelle : droits d’auteurs et création numérique

N’oublions surtout pas la propriété intellectuelle de votre site internet, en effet, votre site créé par une Web agency (personne morale) ou une personne physique se doit de vous êtes cédé au titre de la transaction commerciale en précisant clairement les droits transmis. (Pour information, Prestashop est une solution Open source avec licence OSL 3.0 de 2005, ce type de licence permet des sous-licenciements dépendant de la même licence).

Il faut distinguer une multitude de droits au titre de la cession d’un site internet :

-droit d’exploitation,
-de reproduction,
-d’adaptation,
-de distribution,
-de traduction,
-de décompilation
-etc.

Nous vous conseillons de lire cet article très complet sur le sujet :
Etes-vous-reellement-proprietaire-de-votre-site-internet

Si vous êtes propriétaire (totalement ou partiellement) de votre site, vous devez avoir au moins les codes d’accès suivants :

  • Hébergement, (attention aux intermédiaires locataires de serveurs auprès de grands hébergeurs, les accès sont souvent restreints !)
  • FTP …
  • Gestionnaire bases de données, Phpmyadmin
  • Backoffice du site (Superadmin)

 

Pouvez-vous faire intervenir un autre prestataire ?

Est ce que votre prestataire actuel l’autorise ?

Qui est garant du bon fonctionnement de votre site ?

Qui est garant de la disponibilité de l’hébergement ?

Qui s’occupe des mises à jour de modules ? de Prestashop ?

Qui assure le support la semaine ? le week-end ?

Qui gère les sauvegardes ?

Etes-vous lié à votre prestataire par un contrat ? quels sont les conditions ?